Sign in

close
Create an Account

Shopping cart

close

News

News

TAILLE DE L’OLIVIER EN VASE POLYCONIQUE : AVANTAGES, TECHNIQUES ET OUTILS À UTILISER

La taille de l’olivier en vase polyconique facilite la gestion des oliveraies et permet de réduire les coûts de production. C’est pourquoi de plus en plus d’agriculteurs se convertissent à cette forme de culture.

En effet, la taille des oliviers selon la technique du vase polyconique présente au moins trois avantages : elle respecte les besoins de la plante et l’aide à exprimer tout son potentiel de production, elle simplifie la taille et facilite la récolte.

La taille en vase polyconique est adaptée à toutes les variétés d’olivier, tant pour la production d’huile que pour celle des olives de table. En outre, elle permet également la création de plantations assez intensives et l’utilisation de moyens et d’aides mécaniques pour l’usinage du terrain et la récolte des olives.

 

Une bonne taille permet de réduire la quantité de bois et d’augmenter le nombre de branches fructifères

L’olivier dans la nature pousserait comme un arbuste, ce qu’on appelle en botanique un habitus arbustif, capable d’atteindre des hauteurs assez importantes. Cette inclinaison de la plante donne lieu à l’émission continue de branches vigoureuses à partir des racines ou du pied de la plante, appelées drageons, et de branches robustes en appui vertical sur le tronc ou sur les branches, appelées pousses, qui se disputent la dominance apicale des sommets.

Le premier objectif des coupes de taille est donc de maintenir l’équilibre entre les parties racinaires et aériennes de la plante, mais surtout de limiter la quantité de bois de structure au profit des branches fructifères qui, chez l’olivier, sont toujours celles âgées d’un an.

En poursuivant le premier objectif, on atteint également le deuxième : faciliter la récolte en concentrant la production dans la partie moyenne-inférieure de la plante et notamment dans la partie périphérique du feuillage où, par exemple, il est plus facile d’introduire les peignes des peignes vibreurs pour détacher les olives.

Dans le cas de plantes relativement petites (apex ne dépassant pas 4 à 5 mètres de hauteur), les opérateurs pourront également effectuer les coupes de taille en gardant les pieds bien au sol, et donc en toute sécurité, grâce à des outils maniables tels que des sécateurs, des sécateurs pour l’élagage et, pour les diamètres plus importants, des tronçonneuses à chaîne. Tous ces outils peuvent être combinés avec des rallonges fixes ou télescopiques pour atteindre les branches les plus hautes. Les tronçonneuses à chaîne sont utilisées pour éliminer les branches de plus grand diamètre.

Le dernier objectif de la taille, mais non le moindre, est de préserver la santé de l’olivier en favorisant une bonne circulation de l’air et une bonne pénétration de la lumière du soleil, même dans la partie centrale du feuillage, afin de réduire les risques d’attaques de moisissures et de parasites.

 

La taille de l’olivier dans les formes de culture les plus courantes

Au fil du temps, différentes formes de culture  de l’olivier sont répandues. Les traditions agricoles des différents pays où la plante est présente (l’ensemble du bassin méditerranéen) se sont consolidées sur la base de facteurs tels que les conditions climatiques, les particularités des sols avec la présence plus ou moins importante de nutriments et d’eau, les connaissances botaniques du moment et les besoins pratiques des agriculteurs.

Pour ne citer qu’un exemple, l’étêtage répété des branches principales pour stimuler la formation de branches dans deux directions opposées (divisions dichotomiques) avait également une raison fonctionnelle : créer une structure solide en bois pour « soutenir » les échelles sur lesquelles les agriculteurs montaient pour procéder au gaulage manuel.

Les formes de culture de l’olivier comportent presque toutes un axe central. Du tronc, à environ 1 à 1,40 mètre du sol, partent les branches principales (généralement 3 à 5). C’est le cas du vase polyconique, mais aussi du globe, qui se distingue du premier par la présence de plusieurs branches secondaires et d’un feuillage dense à l’intérieur même de la plante, ce qui le fait ressembler à une sphère, cette même végétation étant utilisée comme défense naturelle dans les zones fortement exposées à la lumière du soleil.

Une autre forme de culture avec un axe central recouvert de branches latérales, plus épaisses et plus longues à la base et plus courtes et plus fines vers le sommet, est ce que l’on appelle la monocaule à feuillage libre, qui rappelle la forme de culture en fuseau généralement adoptée pour d’autres arbres fruitiers. Dans la forme monocône, en revanche, les branches secondaires sont laissées à l’horizontale par rapport au sol.

Le vase à feuillage libre se caractérise par le fait que l’on laisse les sous-branches pousser librement, avec des interventions de taille réduites. C’est une forme qui convient à la récolte mécanisée avec des secoueurs agissant sur le tronc, mais qui nécessite de grands espacements de plantation. Il existe également la variante connue sous le nom de vase libre bas, avec un tronc d’environ un demi-mètre de haut, sur lequel une récolte facile est effectuée à l’aide de peignes électriques ou pneumatiques.

Enfin, il y a le vase buissonnant, une forme dans laquelle les branches principales partent directement de la base de l’olivier.

 

La taille de l’olivier en vase polyconique : pourquoi cette appellation ?

La forme de culture en vase polyconique doit son nom à la forme de vase que prend l’arbre avec un tronc d’environ 1 à 1,20 mètre de haut à partir du sol et à la forme conique (ou pyramidale) avec laquelle les branches principales sont modelées, avec une base plus large près du tronc et une pointe à l’extrémité. Polyconique précisément parce que les cônes, c’est-à-dire les branches, sont plus d’un (au moins 3-4) et que chacun d’eux conserve la fonction de sommet.

L’insertion des branches primaires par rapport au tronc présente une inclinaison d’environ 45 degrés, de sorte que la plante est creuse à l’intérieur et que le feuillage se développe vers l’extérieur jusqu’à une hauteur de 4 à 5 mètres, idéale pour la récolte à l’aide d’outils mécaniques tels que les peignes vibreurs, équipés de peignes vibrants qui sont insérés entre les branches fructifères pour détacher les drupes. L’inclinaison peut être réduite à environ 30-35 degrés afin d’obtenir des plantes plus étroites (mais aussi plus hautes) dans le cas de la récolte à l’aide de vibreurs mécaniques qui s’ancrent au tronc et/ou aux branches les plus grosses pour faire tomber les olives en les secouant.

 

La taille de l’olivier en vase polyconique : quand elle s’étend ?

Jusqu’aux premières décennies du XXe siècle (mais dans les oliveraies séculaires jusqu’à une époque plus récente), la forme traditionnelle de culture de l’olivier était le vase dichotomique, également connu sous le nom de « tronc de cône inversé », car le feuillage se développe au sommet et est plus clairsemé près du tronc. Toutefois, cela implique de procéder périodiquement à ce que l’on appelle la « coupe » de la structure du bois de l’olivier afin de ramener l’arbre à une hauteur inférieure et de revigorer la partie inférieure avec du feuillage. Cette taille plutôt drastique a pour conséquence d’altérer fortement l’alternance traditionnelle de production de l’olivier pendant au moins 2 ou 3 ans.

Inversement, la culture en vase polyconiques, en réduisant la dispersion des énergies de la plante pour soutenir des structures en bois inutiles, contribue à maintenir une production plus constante en limitant l’alternance de production entre les années de chargement et de déchargement.

La première forme de vase polyconique a commencé à s’imposer entre 1920 et 1930 et a été perfectionnée à l’époque contemporaine avec la taille qui porte aujourd’hui également le nom de vase polyconique simplifié.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs écoles régionales de taille ont vu le jour, proposant des cours spécifiques sur la culture en vase polyconique de l’olivier, destinés en particulier aux propriétaires d’oliveraies familiales.

 

Taille de l’olivier en vase polyconique : techniques et schéma

Le vase polyconique favorise la fructification de la plante pendant la culture de production.

Près de l’insertion avec le tronc, des branches tendanciellement dressées sont formées. Tant qu’elles sont petites, il faut les laisser sur la branche avec la fonction de « tirer » la sève des racines. Lorsqu’elles commencent à devenir trop vigoureuses, elles volent la lumière et la sève, devenant ainsi des « pousses ». À ce stade, elles doivent être enlevées, à moins qu’elles ne servent, en les recourbant vers l’extérieur, à remplacer une branche ou une partie de branche endommagée par les intempéries, ou attaquée par des maladies et des parasites.

Après les premières branches exclusivement végétatives, en s’éloignant du tronc, poussent les branches secondaires à prédominance végétative, qu’il est préférable d’éclaircir, mais pas d’éliminer complètement, car elles remplaceront les branches productives l’année suivante.

Dans la partie la plus externe de la branche, également inclinées par le poids du feuillage, poussent les branches secondaires à activité productive prédominante. En bref, les olives poussent sur les rameaux d’un an, qu’il faut veiller à préserver des coupes de taille.

Au-dessous de ces branches secondaires se trouve la zone de production désormais épuisée, que l’on reconnaît également au fait que les branches ont peu de feuilles, même si elles ne sont pas déjà sèches. Ces branches doivent être enlevées.

Afin de limiter la vigueur des branches secondaires et surtout de limiter la hauteur des sommets apicaux des branches, l’intervention la plus appropriée est la coupe de retour, c’est-à-dire qu’il faut dévier le sommet, en le raccourcissant, sur une branche plus petite parmi celles qui sont immédiatement plus vigoureuses. Après en avoir choisi une, il faut éliminer toutes les autres qui pourraient lui faire concurrence.

Comme on peut le constater, les interventions requises par cette technique sont relativement simples, mais requièrent une chose fondamentale : la constance. Ce n’est qu’en pratiquant ponctuellement la taille d’hiver et d’été (lorsque cela est nécessaire) que l’on réduira le temps consacré à la taille de chaque olivier et, par conséquent, les heures de main-d’œuvre nécessaires pour effectuer les coupes et éliminer moins de branches.

Une réduction des coûts se produira également lors de la récolte, qui sera facilitée par le fait que la production d’olives est concentrée dans les branches inférieures.

Taille et récolte des olives : les outils Campagnola

Il est important de s’équiper d’outils de qualité pour réaliser des coupes nettes et précises que la plante aura moins de mal à cicatriser. Les lames et les chaînes de coupe des outils Campagnola sont fabriquées à partir des meilleurs matériaux disponibles en appliquant les techniques les plus avancées.

Le catalogue des produits sur le marché, avec les lignes PROFESSIONAL, GREEN et SMART, comprend des outils manuels, électriques, pneumatiques et endothermiques. De nombreux outils partagent la source d’alimentation, qui peut donc être utilisée aussi bien avec des outils de taille qu’avec des outils de récolte des olives.

Pour plus d’informations sur les outils Campagnola, vous pouvez consulter le catalogue en ligne, regarder la section vidéo sur les nouveaux produits et l’entretien correct des outils, utiliser la section contacts de ce site, ou contacter le réseau officiel de distributeurs locaux, où il est possible de voir et d’acheter des outils, des accessoires et des pièces de rechange.

    Scroll To Top
    Sidebar